C’est ma première fois dans un club de cannabis. Qu’est-ce que je dois faire ?

Vous avez choisi votre club, vous l’avez trouvé et vous êtes même entré à l’intérieur … Et ensuite, quoi ?
C’est ce que nous allons découvrir.

On commence par l’inscription

À la réception, vous devrez présenter votre pièce d’identité. Presque toutes les pièces d’identité avec photo sont acceptées : par exemple, votre passeport ou permis de conduire (les cartes d’étudiants ne sont pas acceptées). Ensuite, vous devrez répondre à quelques questions et remplir un court questionnaire, qui indique, entre autres, la quantité de marijuana que vous prévoyez d’utiliser au club. N’hésitez-pas à indiquer le maximum : 100 grammes par mois. Puis, vous devez payer l’abonnement annuel, facturé 20 euros dans la grande majorité des clubs. Il s’agit des frais d’adhésion : ce montant ne comprend rien sauf la possibilité de visiter le club durant l’année.

Maintenant, après vous être inscrit et avoir payé la cotisation annuelle, vous pouvez enfin vous rendre au cœur de l’action. Rien n’est plus cool qu’un bar avec un tas de variétés de la meilleure marijuana d’Europe. Il ne reste plus qu’à choisir ! Les étals ou étagères contenant les produits à base de chanvre sont appelés dispensaires.

Sélectionnez votre produit au dispensaire

Dans le club de cannabis, vous serez toujours accueilli par un budtender sympa. Le terme anglais « budtender » est difficile à traduire en français ; il vient de « bartender », le barman et de « bud », la tête de marijuana. Le budtender se fera un plaisir de tout vous dire sur le cannabis et vous indiquera aussi quelle variété vous devriez essayer en fonction de votre humeur actuelle. Il vous proposera de sentir presque tous les produits disponibles. Les Espagnols sont littéralement obsédés par la composante aromatique du chanvre.
Les clubs possèdent toutes sortes d’appareils à fumer et de papier à rouler, tous gratuits. Dans certaines associations, le personnel peut parler jusqu’à cinq langues, dont le français ; tandis que dans d’autres, tous les employés sont purement hispanophones. Si la langue est un critère fondamental pour vous, vérifiez à l’avance, lors du choix d’un club.

Utilisez le vocabulaire approprié

Le vocabulaire que vous utilisez lorsque vous recevez de la marijuana est très important. Selon la loi espagnole, les clubs de cannabis doivent être des organisations à but non lucratif. Et malgré le fait que ce qui se passe dans un dispensaire ressemble à un achat dans un coffeeshop ordinaire, du point de vue juridique, ce n’est pas la même chose.

Rappelons que les 20 euros que vous payez lors de l’inscription ne sont qu’une cotisation. Et l’argent que vous donnez au dispensaire en échange de produits est une contribution au fonds général. Le club utilise l’argent de ce fonds pour cultiver du chanvre, qui est ensuite distribué aux visiteurs (les membres du club).

C’est un point très important car c’est cela qui permet aux clubs d’être en dehors de la zone du code pénal espagnol, qui prévoit des sanctions sévères pour la vente de drogue. Faites bien attention à cette particularité et veillez à ne pas utiliser de mots liés au commerce, sinon vous pourriez être sanctionné ou même privé d’adhésion. Les mots « acheter », « vendre » sont interdits. Au lieu de cela, utilisez des mots neutres qui ne sont pas liés à l’achat et à la vente : obtenir, prendre, etc.

Les mots interdits Les mots autorisés
buy; purchase get; have; acquire; collect

Selon la variété, le « tarif » par gramme de têtes sera généralement compris entre 10 et 20 euros. Les prix ne sont pas discutables, alors inutile de marchander : ce n’est pas une pratique courante en Catalogne et vous ne serez tout simplement pas compris. N’oubliez pas que les clubs n’acceptent que les espèces, vous devez donc retirer de l’argent au préalable.

De combien d’herbe avez-vous besoin ?

Les clubs de cannabis gardent une trace de la date et de la quantité de produit que vous avez pris. Les limites de quantité de cannabis que vous pouvez obtenir peuvent varier d’une association à l’autre, mais selon la loi, ne peuvent pas dépasser 100 grammes par mois. Selon le gouvernement espagnol, il s’agit de la quantité maximale de marijuana que l’on peut consommer chaque mois.

En réalité, 100 grammes de têtes de cannabis espagnol, c’est déjà pas mal. En tant que membre du club, vous pouvez vous y rendre aussi souvent que vous le souhaitez. N’oubliez-pas non plus que le cannabis n’est légal que dans l’enceinte du club. Vous n’avez rien à craindre pendant que vous êtes à l’intérieur car la consommation de marijuana au sein du club est tout à fait légale. Attention, il n’en va pas de même dans la rue, surtout si vous avez l’air carrément défoncé.

Les règles du club interdisent expressément d’emporter du cannabis, mais personne ne vous fouille donc techniquement, rien ne vous en empêche si vous le souhaitez. Mais n’oubliez pas qu’en vertu de la loi espagnole, la possession de marijuana, quelle qu’en soit la quantité est un crime. L’attitude des autorités locales à l’égard du cannabis est souple, mais si de la marijuana est trouvée en votre possession, le résultat le plus probable sera une amende de 1000 euros et un bon gros coup de stress.

Une autre raison de ne pas s’inquiéter à propos de la limite de consommation est la qualité incroyable de l’herbe locale. Vous devez avoir une bonne maîtrise de vous-même quand vous fumez un produit à 30% de THC ! Commencez par de petites quantités et sachez trouver vos limites afin de ne pas gâcher votre soirée et celle de votre entourage. Il est recommandé d’essayer différentes variétés en petites quantités. Personnellement, j’aime beaucoup essayer de nouvelles choses et les comparer les unes aux autres.

Une atmosphère chaleureuse

L’atmosphère dans la plupart des clubs de cannabis est très calme, sereine et chaleureuse. C’est en grande partie lié à la nature « exclusive » des clubs et à toutes les exigences concernant l’inscription obligatoire. Et franchement, c’est un gros avantage par rapport aux coffeeshops d’Amsterdam.

Vous allez apprécier l’atmosphère détendue, mais sachez que l’équipe et les autres visiteurs s’attendent à un comportement approprié de votre part. Il n’est pas bien vu de parler fort, de faire du bruit ou de se comporter de manière inappropriée. Si vous dérangez l’environnement calme, vous pouvez être invité à quitter ou même être expulsé du club. Par exemple, ce n’est vraiment pas une bonne idée de continuer votre soirée dans un club après un bar sportif bruyant.

Si vous décidez de prendre une photo, vérifiez d’abord si c’est autorisé par le club. De par son nom ; « club social de cannabis » on saisit assez précisément l’essence du lieu. Ce n’est pas seulement un endroit pour se défoncer, mais plutôt un espace confortable avec une atmosphère relaxante, propice à la communication, dans laquelle il est vraiment agréable de passer du temps.

Maintenez l’équilibre

Malgré le fait que les clubs de cannabis soient légaux, ils n’aiment pas trop attirer l’attention sur leurs activités. L’ensemble du système de réglementation juridique concernant la circulation de marijuana en Espagne repose sur un certain équilibre. Et tout semble bien fonctionner ; d’une part, les amateurs de cannabis ont un grand choix de cafés stylés où l’on peut légalement et calmement profiter de la weed ; d’autre part, ces associations ne portent pas atteinte aux citoyens les plus conservateurs qui ne partagent pas notre enthousiasme pour la marijuana, et leur caractère privé n’attire pas l’attention des adolescents. Par conséquent, il faut éviter de s’y empresser, de demander à quelqu’un de vous attendre devant le club ou de laisser votre véhicule à l’entrée.

Voilà tout ce que vous devez savoir pour votre première fois dans un club de cannabis légal à Barcelone. Explorez notre catalogue, choisissez le club que vous aimez, et ne toussez pas !

Comments